Echec scolaire

Les PALIKOURS : ECHEC SCOLAIRE

 

 

 

 

 

Depuis quelques années déjà, nous avons malheureusement constaté qu'il existe un fléau auquel nous sommes de plus en plus confrontés et auquel nous nous trouvons de plus en plus impuissants : il s'agit de l'échec scolaire. Il est rare de voir un Palikour accéder au plus haut niveau d'étude scolaire et, bien entendu il existe de nombreuses raisons à cela.

Une des raisons que nous pouvons évoquer aujourd'hui est sans doute la place qu'occupe un Amérindien en milieu scolaire. A titre d'exemple, permettez-nous de vous raconter notre propre expérience vécue lors de notre période scolaire. Il y a eu une époque où nous avions eu un chef d'établissement dont nous tairons le nom et qui, la plupart du temps, s'adressait à nous en créole. Nous avions remarqué que seulement notre communauté avait cette primeur avec, par exemple " es tô ka comprann sa mô ka di tô ", alors qu'il aurait pu, s'adresser à nous, comme à tous les autres élèves dans la langue de Molière, puisque nous avions suivi exactement le même cursus scolaire que nos camarades de classe. Malheureusement nous avions droit au créole tout le temps. Croyait-il peut être que nous n'étions pas francophones, qui sait. Nous avons du subir d'autres affronts durant notre vie scolaire, comme par exemple, des propos racistes de la part d'autres élèves, propos auxquels nous n'avons, bien heureusement, jamais accordé d'importance. Tout cela pour vous dire qu'être un Amérindien en milieu scolaire n'est pas du tout chose aisée , car souvent nous avons été découragés par le comportement et les propos de certaines personnes pour qui, nous avions pourtant beaucoup de respect, puisque la première chose que nous apprenons chez les Amérindiens c'est le respect d'autrui. Ces personnes donc, n'hésitent pas nous classer parmi la catégorie de la classe basse et si vous n'avez pas une mentalité de fer, alors très vite vous succombez et jamais vous n'atteignez un haut niveau scolaire.

Traditionnellement, un jeune homme palikour, en âge d'être marié, lorsque cela arrive prendra tout de suite ses responsabilités, c'est à dire, qu'il s'occupera de sa conjointe et veillera à ce que sa bien aimée ne manque de rien. Très souvent le jeune en plein milieu de l'année scolaire, quittera l'établissement pour rentrer dans la vie active d'où un échec scolaire. Il en est de même pour la jeune fille, car n'oublions pas que chez les Palikours la notion de fiançailles n'existe pas, ni la notion de copain copine d'ailleurs. Ainsi donc la plupart du temps, et c'est une tradition, les parents n'ont pratiquement plus le droit d'obliger leurs enfants à poursuivre leurs études, lorsque ces derniers sont en situation de mariage.
Toujours pour les jeunes filles, la grossesse précoce se trouve être l'un des principales raisons de l'échec scolaire, puisque contrairement à d'autres ethnies les jeunes filles qui ont la possibilité de reprendre leurs études après leurs accouchement ne le font pas. Puisque la notion de laisser l'enfant dans une garderie, n'existe pas chez les Palikours, car la femme doit s'occuper de son enfant.
Enfin, pour terminer, sachez que couper le cordon ombilical entre un jeune Palikour et le foyer familial, surtout si ce foyer se trouve à des kilomètres du lieu de l'établissement dépaysera le jeune et très vite ce dernier aura envie de rentrer dans son village entraînant un échec scolaire.

Heureusement, la mentalité est en train de changer. Avec la nouvelle génération, les parents font tout pour que leurs progénitures atteignent le plus haut niveau d'étude et cela est en train d'inverser la tendance.