L'éducation Palikour

 

 

 

 

 

Aujourd'hui nous allons exposer un sujet qui a tendance à disparaître de nos jours et cela non seulement, chez la nouvelle génération Palikour, mais aussi, excusez-nous du terme employé, chez les non-Amérindiens.
Il s'agit de l'éducation avec un grand E. Cette dernière a depuis quelques années déjà, perdu beaucoup de sa notoriété. Mais nous ne parlerons pas des autres composantes ethniques de notre pays, mais uniquement de l'éducation chez les Palikours.

Pour faire la comparaison avec l'éducation des anciens, notez qu'au temps de ces derniers celle-ci était très respectée et très suivie, c'est à dire que les plus jeunes avaient le devoir de respecter les plus anciens sous peine de correction immédiate, non seulement de la part des parents, mais aussi des anciens. C'est ainsi que les jeunes n'avaient absolument pas le droit de se restaurer au même endroit que les anciens, ils ne devaient pas leur adresser la parole sans que cela ne leur soit demandé. Les jeunes devaient appeler tous les hommes et ceci en signe de respect " KUKYAN " - ce qui signifie oncle - et toutes les femmes " AKYAN " - ce qui signifie tante .
S'il y a une chose qui a retenu toute notre attention, c'est le fait que le respect mutuel existait et existe toujours aujourd'hui, du moins chez les anciens.
Par exemple, une chose que l'on ne retrouve pas chez certaines communautés, c'est le respect qu'un homme doit avoir envers une femme et vice versa. Une petite explication s'impose. Par exemple, nous avons constaté à plusieurs reprises que dans certaines communautés, les hommes et les femmes avaient une liberté totale à parler de leurs parties intimes ou même de leur sexualité, les femmes parlent ouvertement de leur menstruation en présence d'hommes. Chose qui est complètement inconcevable, chez les Palikours et qui est avant tout un signe de non respect.