L'Artisanat : la fabrication d'un panier

 

 

 

 

 

S'il y a un élément qui caractérise une communauté c'est sans nul doute son artisanat. Nous pouvons considérer que l'artisanat est l'un des derniers liens, nous disons bien l'un des derniers liens, qui rattache une communauté à sa tradition qui lui permet donc de préserver une identité culturelle.

C'est ainsi que les PALIKOURS, enfin la jeune génération Palikours, qui, voulant organiser une manifestation traditionnelle, s'est aperçu de son manque de savoir en ce qui concerne l'artisanat, par exemple la fabrication de bancs traditionnels, de coiffes traditionnelles et surtout les musiques et danses traditionnelles. Ils ont été obligés de mettre en place des séances d'apprentissage et pour cela, ils ont fait appel bien malgré eux à quelques anciens du village de Néré, qui nous vous le rappelons reste l'un des derniers bastions, sinon le dernier où la tradition reste toujours bien observée. Depuis peu de temps cette jeune génération commence peu à peu à prendre conscience de cette nécessité de préserver cette richesse culturelle qu'ils ont la possibilité de garder et surtout de mettre en pratique pour bien longtemps encore et ainsi transmettre cet artisanat, qui est un vrai trésor, de génération en génération.

Voyons les différentes étapes nécessaires à la fabrication d'un panier. Sachez tout de même que de nos jours, il est de plus en plus difficile, pour ne pas dire rare de se procurer les différentes matières utilisées pour la confection de ce dernier, puisque il n'y a pas si longtemps ces matières se trouvaient à proximité des villages, et étaient faciles d'accès. Aujourd'hui, il faut aller de plus en plus loin dans la forêt pour se procurer ces matières.

  1. La première étape, déjà est le choix de l' AROUMAN, que l'on doit choisir minutieusement, c'est à dire que si vous comptez fabriquer un grand panier, il vous faut choisir des AROUMANS adultes à peu près une vingtaine, cela suffit largement à la confection d'un grand panier.
  2. L'étape suivante est le nettoyage des AROUMANS, puisque à l'état brut ce dernier à une couleur verte que l'on doit systématiquement enlever. Généralement cet exercice, le nettoyage, dure de 2 à 3 heures pour un habitué.
  3. La troisième étape est le partage de l'AROUMAN. Cela consiste à prendre les différentes mesures qui doivent permettre la confection d'un grand ou d'un petit panier . Lors de cette action le cœur de l'AROUMAN est totalement enlevé, notez que le partage dure à peu près 2 heures.
Pour solidifier le panier, il faut trouver 2 types de lianes.
  • La première le AKUYWA en PALIKOUR est une liane très solide que les Palikours utilisent habituellement pour la construction de différents carbets et qui est aussi utilisée pour la confection de la vannerie. Sachez que cette liane le AKUYWA, ne se trouve jamais au même endroit que l'AROUMAN, ce dernier nécessite encore une fois une autre expédition en forêt.
    Si l'AROUMAN forme le corps du panier, l'AKUYWA tient un rôle aussi important, puisqu'il est toujours à la base du panier et il permet ainsi à ce dernier d'avoir un bon équilibre et surtout d'être très solide.
  • La deuxième liane, appelée " HIPE " est la dernière matière utilisée pour la confection du panier. A l'état brut très épineux on peut la trouver généralement près des criques. Cette liane est destinée à la solidification des bordures et ce que l'on appelle " GATAYBI " que nous traduirons par "oreilles".
Voilà, tous ces éléments réunis et on peut passer à l'étape finale qui est le tissage.
Enfin, le délai exact pour la confection d'un panier en comptant la recherche de toutes les matières est de trois jours maximum.

Pour terminer, juste un petit message à certaines personnes qui, bien souvent, non trop souvent !! méprisent le travail de longue haleine des Amérindiens et autres ethnies vivant en GUYANE, messieurs, dames respectons les artisans qui exercent souvent leur activité pour avant tout subvenir à leurs besoins.